Comment changer le travail ?

Comment changer le travail ?

La lutte contre l’adoption, en 2016 et 2017, et ce dans les conditions antidémocratiques que l’on connaît, de deux lois de régression sociale contre les droits des travailleurs, n’a pas donné lieu à un débat démocratique sur ce que c’est que travailler aujourd’hui.
Pour lancer la réflexion et libérer la parole sur cette question fondamentale, Ensemble 56 ! a proposé, lors du forum social local de Séné, un débat autour de la présentation, par son auteur, du livre « Travailler aujourd’hui, ce que révèle le parole des salariés.es »
Nicolas Latteur est sociologue – formateur au CEPAG (Centre d’Education Populaire André Genot) proche de l’organisation syndicale FGTB ( Fédération Générale des Travailleurs Belges).

A la lumière de son expérience professionnelle et militante, Nicolas Latteur a décidé dans son ouvrage, de donner la parole à plus de quarante salariés.es de tous secteurs professionnels et d’interroger le travail à partir de la manière dont ils. elles le voient et le vivent.

Lors de son intervention au FSL , il a fait découvrir des réalités souvent invisibles du travail d’aujourd’hui : la centralité du travail dans la vie personnelle et sociale, l’engagement très intense des salariés dans leur activité professionnelle, la réduction dangereuse des marges de manœuvres par les nouvelles organisations du travail, l’absence de démocratie dans les lieux de travail, les précarités, le manque de reconnaissance, les atteintes à la dignité, aux droits et à la santé, la violence des discriminations, mais aussi les espoirs et les résistances qui se construisent de manière souterraine.
Nicolas Latteur a également invité à questionner les pistes d’actions collectives possibles pour changer le travail, qui, il l’a rappelé, est un enjeu politique majeur.
Ce qu’on produit, pour qui ? Comment ? Pour servir quels intérêts ? Dans quelles conditions sociales et environnementales, sont, il l’a rappelé, des questions centrales qu’il est plus que jamais nécessaire de se poser.
Ce débat, correspondait manifestement à une attente importante. Il a en effet rassemblé plus de 70 participants.es de tous âges. Les plus jeunes, notamment, ont fait état de leurs attentes, de leurs espoirs d’un monde où le travail aurait du sens et serait mis au service des besoins sociaux, territoriaux et environnementaux. Des expériences alternatives, comme certaines formes coopératives ont également été évoquées comme des pistes possibles pour une appropriation par les travailleurs, des décisions concernant les finalités et l’organisation de leur travail. L’importance mais aussi la difficulté de l’action syndicale sur le lieu de travail sont revenues dans plusieurs témoignages. Un artisan a rappelé que l’oppression et l’aliénation dans le travail aujourd’hui, tel qu’il est imposé par le capitalisme financier, est aussi vécue par les artisans qui sont très dépendants des donneurs d’ordre ou de grosses entreprises et soumis à des concurrences très rudes.
Une dizaine de participants a répondu favorablement à la proposition faite par Ensemble ! de poursuivre le travail à travers des ateliers de « travail sur le travail ». Nicolas Latteur s’est dit tout à fait intéressé pour accompagner cette démarche…..A suivre donc…. !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *