Gare de Vannes : Causes communes 56 dialogue avec les usagers

Gare de Vannes : Causes communes 56 dialogue avec les usagers

Le trafic des trains était quasi normal, ce jeudi 26 avril, sur l’axe Rennes-Quimper. L’occasion pour Causes communes 56 d’engager la conversation avec les usagers du service public. Durant deux heures, en fin d’après-midi, les militants de Causes communes 56 ont distribué un tract et discuté avec de nombreux voyageurs.

La grève des cheminots ne fait pas l’unanimité pour elle. On s’en doute. Mais dans toutes les discussions entamées, une même préoccupation : où va ce pays ? Si quelques voyageurs, Le Figaro sous le bras et le regard fuyant, préfèrent la concurrence, une grande majorité d’usagers acceptent le tract et beaucoup comprennent que l’avenir de leur service public du transport est en jeu.

Certains voyageurs nous expliquent l’embarras dans lequel cette action les place. Les déplacements reportés ou compliqués, l’incertitude d’honorer certains rendez-vous. Pour les militants de Causes communes 56, le trafic erratique de cette période préfigure ce que serait le transport ferroviaire si la « réforme » Macron-Philippe- Borne entrait en vigueur. A ceux qui estiment que la concurrence

améliorerait le service, démonstration est faite que, seules, les lignes à forte rentabilité attireraient d’autres opérateurs. Ce qui est loin d’être le cas des lignes bretonnes, y compris celles à grande vitesse.

Au fil des rencontres, d’autres agents des services publics témoignent de la même dégradation. Les agents de La Poste racontent leur galère et la tentation constante de l’entreprise de se diversifier vers les services marchands. Les personnels de santé nous indiquent qu’à 200m de la gare, au centre hospitalier de Vannes, l’organisation craque, les moyens manquent et les malades subissent. Plusieurs

services de l’hôpital sont actuellement en grève.

Causes communes 56 portait le mot d’ordre : « Macron soutient les riches, nous soutenons les grévistes ». Le slogan fait mouche. Notamment parmi les jeunes, étudiants et travailleurs, qui ne sont pas dupes de l’escroquerie de l’élection présidentielle de 2017 : « on a voté pour éviter le fascisme à la sauce Le Pen, on a gagné le fascisme financier », lance un jeune voyageur qui souhaite que s’accélère la convergence des luttes. Chiche.

Plusieurs rendez-vous vont contribuer à agréger les actions et les mécontentements. Le 1er Mai, à Lorient, le 3 mai à l’appel des organisations syndicales, le 5 mai à l’initiative de François Ruffin et de Frédéric Lordon. Prochaine étape pour Causes communes 56 : une nouvelle distribution de tracts et discussion avec les usagers en gare de Redon, lundi 30 avril de 17 à 19 heures.

L’équipe de Causes communes 56 à la gare de Vannes

Inscrivez-vous à la distribution de tracts lundi 30 avril devant la gare de Redon:

Je participerai

 

Continuez à soutenir financièrement les cheminots en grève:

Je soutiens

 

Visionnez plusieurs vidéos au cœur de l’action des cheminots


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *