Après la marée populaire

Après la marée populaire

 En Morbihan, une douzaine d’organisations syndicales, associatives et politiques appelaient à former, le 26 mai une marée populaire pour l’égalité, la justice sociale et la solidarité. Une marée justifiée par l’accumulation des mauvais coups portés à la population de France au profit de quelques-uns dont les profits enflent généreusement. Il fallait faire entendre à Emmanuel Macron, le président des riches, et à son gouvernement, la voix d’une colère contenue d’une majorité de concitoyens.

Trois initiatives étaient retenues par ces organisations1. Un rassemblement revendicatif et festif à Lorient, un rassemblement à Pontivy dans le cadre d’une initiative citoyenne prévue de longue date et une information à la population, à la Porte Saint-Vincent de Vannes.

Trois initiatives réussies, même si le coefficient de marée aurait pu être plus élevé, car ces actions furent préparées en quatre jours et tenues sous une cellule orageuse pro-macronienne. Plus de cinq cents manifestants à Lorient, une centaine à Pontivy et plus de cinquante à Vannes.

Les ambiances étaient marquées par la volonté d’agir ensemble. Pour la première fois, des militants et des citoyens engagés se retrouvaient ensemble pour un combat commun, inédit et décisif. Les discussions étaient nombreuses, tant à l’intérieur des rassemblements qu’avec la population rencontrée. Tous les participants avaient en tête la nécessaire réussite du bras de fer actuel que mènent, en première ligne, les cheminots et les fonctionnaires.

L’objectif d’élargir le mouvement social, de mettre en synergie syndicats, associations et partis et mouvements politiques est en ligne de mire. Même s’il faut bousculer encore quelques habitudes et contenir quelques impatiences pour continuer à bâtir ensemble la riposte nécessaire aux visées destructrices de Macron, fondé de pouvoir des plus fortunés.

Causes communes 56 était à l’initiative de la préparation de ce 26 mai et se mettra, de nouveau, à la disposition des organisations et des citoyens pour agir ensemble. En corrigeant les imperfections, en cherchant en permanence le consensus le plus élevé possible, en contribuant à améliorer l’écoute des uns et des autres.

Retrouvez l’intervention de Catherine Destom-Bottin, au nom de toutes les organisations appelant à la Marée populaire.

Lisez l’article de Politis sur l’après Marée populaire.

1La Marée populaire en Morbihan était soutenue par : Alternative libertaires 5, Attac, Causes communes 56, CGT 56, Collectif Stop Macron du pays de Pontivy, Ensemble 56, Femmes-Egalité, France Insoumise Lorient, FSU 56, Génération.s de Lorient et de Vannes, PCF 56, RESF56, Solidaires 56.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.