Solidarité avec les salariés de l’hôpital de Belle-Île

04. juillet 2018 Non classé 0
Solidarité avec les salariés de l’hôpital de Belle-Île

En grève depuis le 13 juin dernier , les salariés de la blanchisserie de l’hôpital de Palais à Belle-Île refusent la suppression de 5 emplois et la privatisation de cette activité. Face à l’intransigeance de la direction, Christelle Dumont, responsable CGT de l’hôpital a entamé lundi 3 juillet une grève de la faim. Causes communes s’associe à tous ceux qui manifestent leur solidarité à ces syndicalistes, ces salariés en lutte pour le service public, pour la défense de l’hôpital de proximité. Nous publions ci-dessous un courrier adressé à la ministre de la Santé par des syndicalistes de Lorient.  Pour exprimer notre solidarité, nous avons envoyé un courrier similaire à la ministre en utilisant ce lien. Vous aussi, manifestez votre solidarité en quelques clics. 

Madame la ministre de la Santé Mme Agnès Buzyn,

C’est avec beaucoup de tristesse que j’apprends qu’une de nos collègues, secrétaire de l’union locale CGT de Belle-Île-en-Mer et du syndicat de l’hôpital, vient de prévenir sa direction (hôpital Yves Lance de Belle-Île) qu’elle se mettait en grève de la faim. Cette grave décision que vient de prendre notre collègue ne lui ressemble pas, c’est une personne qui n’a jamais fait l’économie de tous les ressorts du dialogue social pour trouver un terrain d’entente.

Une grève de la faim Madame la Ministre ? N’ est-ce pas le seul moyen que viennent de trouver les collègues de Rouvray pour se faire entendre ? Que se passe-t-il donc pour que des personnes soient ainsi contraintes de mettre en péril leur santé ? Lorsque nous vous écoutons parler de la concertation, des vertus du dialogue social, n’y a-t-il pas un problème ?

La direction de l’ hôpital Yves Lance veut fermer l’ activité blanchisserie et la confier au privé; au-delà de cette fermeture c’est la défense du service public que nous défendons, service public déjà mis à mal sur l’ île. Je vous laisse prendre donc connaissance de ce dossier sachant que les services de l’ État sont déjà au courant de la grève de la faim que notre collègue a entamée.

Madame Buzyn, je ne vous ferai pas l’affront de vous rappeler tous les services publics et notamment ceux de la santé qui sont actuellement en souffrance, je pense que vous en êtes consciente, mais je vous demande d’ intervenir rapidement pour que cette personne puisse être entendue dans le cadre de son mandat syndical et dans la véritable expression du dialogue social.Madame la Ministre des Solidarités et de la Santé, je vous prie d’être attentive à ce fort signal qui vous arrive, d’en trouver les causes, et d’ouvrir enfin de nouvelles discussions.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.