“Libre”, Cédric Herrou, la Roya

“Libre”, Cédric Herrou, la Roya

Face aux politiques d’Etats européens qui refusent d’accueillir les migrants, des citoyens réagissent.

 

La Roya, une vallée du sud de la France à la frontière de l’Italie. Cédric Herrou est agriculteur, et y cultive ses oliviers. Le jour où il croise la route des réfugiés, il décide, en compagnie d’autres habitants de la vallée, de leur offrir un refuge et de les aider à déposer leur demande d’asile. Le réalisateur Michel Toesca, ami de Cédric Herou, a participé et filmé au jour le jour cette résistance citoyenne. C’est d’ailleurs ce qui fait la qualité de ce film, sa force tranquille.

 

Les membres du collectif Roya citoyenne ne désobéissent pas par idéologie ou positionnement politique ; ils font simplement ce que leur éthique leur dicte. Ils viennent en aide à ceux qui sont perdus, souffrants, sans toit.

 

Nous voyons se créer une zone tampon entre l’Italie et la France, une zone où les réfugiés peuvent être chassés sans avoir eu la possibilité de déposer leur demande d’asile, où les mineurs ne sont pas pris en charge, bien que la loi indique qu’ils doivent être protégés par l’aide sociale à l’enfance du département. C’est dans ce même lieu que l’on assiste à des scènes ubuesques au sens fort du terme, au cours desquelles les autorités déploient des effectifs sans commune mesure avec l’enjeu. Le spectateur se dit que tout cet argent gaspillé devrait servir à mettre en place des structures d’accueil dignes de ce nom !

Parce qu’ils se heurtent à cette « logique » d’État incompréhensible, les membres du collectif désobéissent donc délibérément et organisent petit à petit la riposte face à l’inhumanité d’une politique qui vise à priver de leurs droits les réfugiés, notamment les mineurs.

 

Enfin, le film montre que, si Cédric Herrou est devenu la figure emblématique de l’aide aux migrants (du fait notamment de l’acharnement judiciaire qui s’est abattu sur lui suite à son engagement sans faille), il n’agit pas seul. En effet, on voit comment les citoyens s’impliquent et s’organisent progressivement dans cette action, réunis par leurs convictions, ainsi que par l’amour d’un territoire et d’une tradition d’accueil.

 

Le film a été présenté en séance spéciale au Festival de Cannes 2018. Cédric Herrou et Michel Toesca ont monté les marches en compagnie de trois réfugiés ainsi que d’une autre personne poursuivie pour aide à l’entrée et au séjour irrégulier des étrangers en France. Cette montée des marches a servi de tribune politique à la cause qu’ils défendent. Le jury de l’Œil d’or du  Festival a décerné une mention spéciale au film.

 

Ce film montre bien l’absurdité des politiques migratoires européennes et devrait être interprété comme un encouragement à l’action citoyenne.

Soutiens
Emmaüs France, Médecins du monde, Res Publica, Roya citoyenne et tous les contributeurs Kiss kiss bank bank
Avec la participation du Centre National du Cinéma et de l’image animée
Prix
Mention spéciale, Oeil d’Or 2018
Festivals
Sélection officielle Festival de Cannes 2018
Distribution
Jour 2 Fête

Équipe

Producteur délégué : Jean-Marie Gigon
Directeur de production : Emmanuel Papin
Directeur de la photo : Michel Toesca
Son : Michel Toesca
Monteur : Catherine Libert, Michel Toesca
Montage son : Fred Piet
Etalonnage : Catherine Libert
Mixage : Joël Rangon
Musique originale : Magic Malik

Voir la bande annonce

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *