Ouisbus, le fiasco du libéralisme!

Ouisbus, le fiasco du libéralisme!

Nous relayons le communiqué de la CGT Cheminots à propos de la session de Ouibus à Bablacar:

La SNCF décide de céder OUIBUS à Blablacar et entre au capital de cette entreprise.

Sur les 5 compagnies lancées dans la folie des cars Macron, il n’en restait plus que trois, un an plus tard.
Aujourd’hui, selon l’ARAFER, Ouibus représente de l’ordre de 40% de part de marché, Flixbus environ 45% et Isilines de 10% à 15%.
La SNCF jette donc l’éponge après avoir renfloué Ouibus à hauteur de 165 millions d’euros. L’emploi de 102 salariés est menacé. La SNCF entre au capital de BlaBlacar, devient actionnaire minoritaire et aura un siège au conseil d’administration du leader européen de l’autopartage et 1er concurrent du TGV !
Loin des espérances de développement de ce nouveau marché low-cost, nous assistons à un véritable gâchis financier où l’argent public est déversé dans un puits sans fond.
Car oui, c’est bien l’argent public qui finance totalement cette activité commerciale et ses déficits !
Il y a urgence à organiser une autre politique des transports de voyageurs et marchandises mettant fin à la concurrence entre les modes, répondant vraiment aux besoins des usagers, d’aménagement et de développement des territoires et de prendre en compte les enjeux environnementaux tout en assurant un haut niveau social aux salariés travaillant dans ces professions.
La Fédération CGT des Cheminots accompagne d’ores et déjà les salariés de OUIBUS dans toutes les actions qu’ils engageront et appelle la direction SNCF à prendre toutes ses responsabilités quant à leur avenir.
Ce n’est pas aux salariés de payer les errements stratégiques et financiers d’une direction SNCF qui tente par tous les moyens de faire oublier le train !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.