En Morbihan comme ailleurs, vite, la gauche autour de la table

Quelles leçons tirer du résultat des élections européennes et que faire demain dans le département du Morbihan ? A la fin de l’année dernière, Causes communes 56 a fait parvenir une adresse (lire ici) à l’ensemble des forces de la gauche d’alternative dans le Morbihan concernant le scrutin européen de mai 2019.

Dans ce texte, intitulé « Compter ses voix ou compter sur des députés européens » nous exprimions notre crainte que la dispersion des forces et la pratique suicidaire du « chacun pour soi » ne conduise à un résultat désastreux au soir du 26 mai.

Nous indiquions que la force la mieux partie risquait de ne disposer  que d’un nombre réduit de parlementaires et que les autres du fait de la règle des 5% ouvrant le compteur des élus, pourraient n’avoir aucun représentant.

A l’époque notre adresse n’a guère suscité de réaction de la part de ceux que nous avions sollicités.

Nous aurions aimé que nos craintes soient infondées. Mais en ce soir du 26 mai, le résultat est sans appel : la quasi-totalité des députés français élus au parlement de Strasbourg porteront les idées de l’extrême-droite lepéniste, de la droite dure identitaire, et de l’ordo-libéralisme macronien.

Les résultats du département du Morbihan confirment  le résultat national.

La raison de cette déroute électorale n’est pas à chercher dans le contenu des programmes ou dans un défaut d’engagement des candidats.  Manon Aubry, Ian Brossat et Benoît Hamon ont mené une belle campagne avec des arguments et des programmes solidement orientés à gauche et quasiment similaires. A l’évidence, la raison de l’échec réside, au moins pour partie, dans la dispersion des listes et les combats fratricides que se sont livrés depuis deux ans les responsables politiques de la gauche d’alternative.

Dans un rapport de force marqué en France, en Italie, en Autriche, en Pologne, en Hongrie et ailleurs par une avancée préoccupante des forces nationalistes et fascisantes, l’heure n’est plus aux querelles d’égos, aux logiques d’appareil et aux sentences assassines parce qu’à ce petit jeu, tout le monde y perd.

Les gens n’acceptent plus, notamment ceux qui souffrent le plus de la politique de Macron, que l’on continue au sein de notre gauche à s’invectiver allégrement considérant  souvent que le combat prioritaire est de dégager l’autre en invoquant  des différences qui, entre nous, n’existent  guère.

Il faut sortir de cette logique absurde !

Dans dix mois auront lieu les élections municipales. L’équation est simple : Allons  nous, dans le département du Morbihan et ailleurs laisser les Mairies, les Communautés de communes et les Aglos à la merci des forces conservatrices ? Ou bien, les forces de la vraie gauche vont-elles enfin accepter de se mettre autour d’une table pour examiner dans le respect de l’identité de chacun, comment gagner des positions fortes au sein des exécutifs locaux ?

Si Causes communes 56 n’entend pas, comme elle l’a dit dès le début,  s’inscrire, en tant que mouvement, dans la compétition électorale de mars prochain, elle ne s’interdira pas de donner son avis et de favoriser à la mesure de ses moyens, le nécessaire rassemblement permettant de faire bouger les rapports de force dans les plus grandes villes du Morbihan.

Nous mettons d’ores et déjà au débat la nécessité, selon nous absolue, que les forces politiques, mouvements et associations qui œuvrent dans le département pour le progrès social, démocratique et écologique, puissent se rencontrer dès les premiers jours de septembre.

Nous pourrions à cette occasion échanger sur les stratégies de rassemblement à mettre en œuvre pour gagner des points lors des prochaines municipales et plus largement examiner comment réhabiliter le débat d’idée et la politique aux yeux de ceux qui n’y croient plus.

Causes communes 56,  le 27 mai 2019.

Retrouvez le tableau des élections récentes en Morbihan (principales données)

Retrouvez le tableau des résultats nationaux

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.