Sauver l’économie capitaliste ou sauver la planète? par Benoît Borrits

Sauver l’économie capitaliste ou sauver la planète? par Benoît Borrits

La crise sanitaire a imposé le confinement de la population qui induit une chute spectaculaire de la production. Les États multiplient les mesures de soutien aux entreprises pour éviter les faillites en cascade. Pour quelle finalité ? Relancer le capitalisme ou mettre en place une démocratie économique qui nous permettra de sauver la planète ?

Cette pandémie, dont on ne connaît pas encore le dénouement, a ceci d’extraordinaire qu’elle réalise ce que tout le monde savait. Le confinement et les ruptures de chaînes d’approvisionnement provoquent une baisse brutale de la production. Voilà que nous découvrons avec cette récession que Venise retrouve ses eaux claires et ses poissons, que les émissions de gaz à effet de serre ont été réduites de 25 % en Chine au début de l’année (« La pollution au dioxyde d’azote en chute libre », Les Échos, 3 mars 2020, page 5), que l’air devient plus respirable. Il est terrible d’avoir attendu cette crise sanitaire et cette succession dramatique de décès pour prendre conscience de ces évidences. Et voilà que pullule sur Internet des appels à changer radicalement de vie à l’issue de cette épidémie. D’autres se demandent même si cette pandémie n’est pas une bénédiction pour la planète. Peut-être… à condition de stopper définitivement ce que les anglo-saxons appellent le Business as usual (Maintien du cours des choses.)

Quelle économie nos gouvernements tentent-ils de sauver ?

Les conséquences de ces confinements aux quatre coins de la terre est une chute sans précédent de la production. Les calculettes des économistes sont en ébullition. La Deutsche Bank prévoit une baisse du PIB réel au deuxième trimestre de 24 % (taux annualisé ajusté des variations saisonnières) dans la zone euro dont 28 % en Allemagne. En Chine, cette même banque estime que « la baisse sans précédent de l’activité en janvier-février » devrait mener à une chute du PIB du premier trimestre de 5 % en glissement annuel (-9 % entre deux trimestres) (https://www.lesechos.fr/monde/enjeux-internationaux/coronavirus-les-scenarios-noirs-dune-profonde-recession-1187384). Que va-t-il maintenant se passer aux Etats-Unis et dans le reste du monde ? Il est bien sûr difficile de dire ce qu’il en sera pour l’ensemble de l’année puisque nous ne connaissons évidemment pas le scénario de sortie de la pandémie.

Pour lire la suite, c’est ici


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.