Journal d’une confinée, par Cynthia Fleury : “Les gouvernements successifs ont clochardisé notre système de santé”

Journal d’une confinée, par Cynthia Fleury : “Les gouvernements successifs ont clochardisé notre système de santé”

Cynthia Fleury, professeure titulaire de la chaire Humanités et santé au Conservatoire national des arts et métiers, tient pour nous son journal du confinement. Au 10e jour, elle écrit sans doute la page la plus politique de ce journal, et appelle à affronter notre réalité pour mieux la transformer.

25-3-20. Il y a une autre vérité – que celle de la mondialisation invivable – que nous expérimentons de façon très très très concrète, au niveau collectif : c’est que la France est désormais en régression culturelle et économique, sous-développée technologiquement, conservatrice dans ses procédés, surtout parce qu’elle n’a pas les moyens de faire autrement. Ce principe de réalité-là, il faut cesser de le nier, enfin l’affronter pour le transformer.

Nous l’avons tous désormais compris : le confinement général est la résultante de notre pénurie de masques, de tests, de respirateurs, etc. Il ratifie l’incurie de notre système de santé. Dans un entretien paru dans Le Figaro, le jeune Jean-Loup Bonnamy, agrégé de philosophie, en appelait à feu Marriner Eccles, président de la Réserve fédérale des États-Unis au temps de Roosevelt, dans l’une des périodes les plus sombres de l’histoire, pour évoquer sa politique de création monétaire. Le Collectif Roosevelt, depuis sa création en 2012, n’a eu de cesse de le répéter également.

“Quantité d’autres pays – on cite souvent la Corée du Sud – ont pu gérer la crise. […] La France a échoué.”

Laissons aux économistes et consorts le soin, demain, de controverser sur le bien-fondé de telle ou telle stratégie, acceptons enfin de regarder en face la situation…

La suite sur le site de Télérama ici.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.