Confinement et syndicats : poursuivre et réinventer la lutte, par Par Arthur Brault-Moreau

Confinement et syndicats : poursuivre et réinventer la lutte, par Par Arthur Brault-Moreau

Le 22 mars dernier, le Parlement français validait les ordonnances d’état d’urgence sanitaire mêlant régression sociale et faibles moyens de protection. Du côté des syndicats, les initiatives se multiplient au travail ou à distance pour défendre les droits des salarié·es et poursuivre la lutte en contexte de confinement et de pandémie.

Au-delà des effets d’annonce, Emmanuel Macron maintient son cap néolibéral face à la crise sanitaire. Il favorise le maintien de l’appareil productif et l’initiative de l’employeur tandis que les ordonnances s’attaquent à la semaine de 35 heures et aux congés payés. Pour les organisations syndicales, l’enjeu est de taille. Déjà touchés par un éloignement en temps normal, les salarié·es sont à présent davantage isolé·es des syndicats. Pour les auto-entrepreneur·euses ou pour les plus précaires comme les travailleur·euses sans-papier ou les travailleur·euses du sexe, le confinement revient à une perte d’activité et de revenu. Et l’écart avec les organisations syndicales n’en est que plus grand. De même, le climat d’urgence de cette crise semble favoriser le discours guerrier d’« Union Sacrée » prônée par le gouvernement et réduit ainsi la visibilité des discours et propositions alternatives. L’action syndicale fait alors face à ses difficultés historiques et à la nécessité de s’adapter à ce contexte inédit.

Les syndicats, dernier rempart face à Emmanuel Macron ?

L’une des principales batailles des syndicats est revendicative. Pour des syndicats comme la Confédération Général du Travail (CGT) et Solidaires, la priorité est à la fermeture des lieux de travail non essentiels, le maintien des salaires des salarié·es ainsi que l’interdiction des licenciements…

La suit est ici sur le site de Regards.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.