Hélène Soubelet: «Il faut laisser de la place à la nature»

Hélène Soubelet: «Il faut laisser de la place à la nature»

Pour éviter que de nouvelles pandémies ne se reproduisent, la préservation de ce qu’il nous reste de biodiversité apparaît crucial. Entretien avec la scientifique Hélène Soubelet, qui invite à tourner la page de l’agriculture industrielle.

Hélène Soubelet, vétérinaire de formation et diplômée d’études approfondies en pathologie végétale, est directrice de la Fondation pour la recherche sur la biodiversité. Passée par le ministère de l’environnement entre 2010 et 2017 (elle a été adjointe au chef de bureau biotechnologies et agriculture puis cheffe de la mission Biodiversité et gestion durable des milieux au sein de la direction de la recherche), elle est aussi la coautrice de nombreux ouvrages scientifiques et pédagogiques.

Dans l’un d’entre eux, Sauvons la biodiversité. Les 10 actions pour agir, co-écrit avec Jean-François Silvain et publié l’an dernier, on peut y lire : « Avons-nous le temps d’éviter que le système ne bascule ? En réalité, la seule question pertinente à l’échelle de chacun d’entre nous, c’est “avons-nous le choix ?” Il nous semble que la réponse éthique est non. D’autant que nous avons des solutions ; il manque juste une volonté forte pour les mettre en œuvre, à tous les niveaux : hommes politiques, acteurs économiques et citoyens. »

Retrouvez l’intégralité de l’article sur Mediapart (abonnés)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.