Covid-19 : non, la frontière n’est pas un absolu, par Roger Martelli

Covid-19 : non, la frontière n’est pas un absolu, par Roger Martelli

Comment sortir de la crise actuelle ? Le débat qui s’ouvre, notamment à gauche, remet en selle la piste de la démondialisation. On la trouve sans surprise chez Arnaud Montebourg, qui en a fait depuis longtemps son cheval de bataille. On la retrouve de façon plus surprenante chez Raphaël Glucksmann, qui explique désormais que « ce qui doit primer, ce n’est pas l’idéal européen, c’est la nécessité d’être souverain ». De fait, on a raison de mettre la mondialisation sur la sellette. Faut-il pour autant « démondialiser » et, pour cela, doit-on absolutiser la souveraineté nationale et la frontière ? Je ne le crois pas.

Sur une planète peuplée par 7,5 milliards d’êtres humains, l’interdépendance de nos trajectoires est une donnée irréversible. La manière dont nous produisons, consommons et échangeons sur chaque point du globe conditionne l’existence de tous. Que nous le voulions ou non, ce que nous décidons « souverainement » chez nous a des conséquences partout ailleurs. La souveraineté de chaque État agit sur celle de tous les autres ; elle la conditionne même, quand l’État concerné fait partie des plus puissants.

Le problème n’est pas dans l’interdépendance, mais dans la manière dont elle est gérée. Pour l’instant, elle relève de trois logiques : le libre jeu de la concurrence décide de l’allocation des ressources ; les compétences mobilisées par la « gouvernance » garantissent que les règles communes sont les meilleures ; le rapport des forces entre puissances sert de grand régulateur politique global. Au fond, les dernières décennies nous ont habitués à confondre la « mondialité » – notre communauté planétaire de destin – et la « mondialisation » des circuits financiers, des élites technocratiques et des équilibres de puissance. Or la mondialisation a étouffé la mondialité.

La suite sur le site de Regards.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.