Covid-19 : chronique d’une émergence annoncée / sortie de confinement, ou la somme de tous les dangers

Covid-19 : chronique d’une émergence annoncée / sortie de confinement, ou la somme de tous les dangers

Expliquant les raisons du confinement par l’insuffisance de la seule distanciation sociale, Philippe Sansonetti, professeur au Collège de France et professeur émérite à l’Institut Pasteur, pose les conditions nécessaires pour un futur déconfinement – qui ne mettra pas fin aux mesures de distanciation.

Ce texte a été écrit par Philippe Sansonetti et publié sur le site de La Vie des Idées, coopérative intellectuelle, lieu de débat et atelier du savoir, rattachée à l’Institut du Monde Contemporain (Collège de France). Cette prise de parole consacrée à la sortie de confinement est le chapitre 2 d’un essai “Covid-19 : chronique d’une émergence annoncée”.

La stratégie initiale « d’écrasement du pic » (lire le chapitre 1 de la prise de parole de Philippe Sansonetti, “Covid-19 : chronique d’une émergence annoncée, les visages de la pandémie”, sur le site de La Vie des Idées) afin d’étaler la période de progression de l’épidémie de Covid-19 et préserver les systèmes de santé, a initialement reposé sur la mise en place d’une distanciation sociale. Fondée sur le respect des gestes barrières (distances, pas d’embrassade ni de serrage de main) et sur une hygiène stricte préconisant essentiellement le lavage fréquent des mains, elle s’est avérée insuffisante.

“On croit difficilement aux fléaux lorsqu’ils vous tombent sur la tête.”
– Albert Camus, La peste

Deux marqueurs en témoignaient dès la seconde semaine de mars : l’augmentation exponentielle des cas de Covid-19 hospitalisés et la menace de saturation rapide des capacités de réanimation. On avait vu le drame italien les deux semaines précédentes et tous les éléments étaient réunis pour que ce scénario « à l’italienne » se reproduise en France. Se présentaient alors deux solutions : le pari sur l’immunité de groupe ; la distanciation sociale.

Les deux méthodes pour endiguer une épidémie

1/ La première méthode consiste à ne rien changer, comme on l’a envisagé en Hollande et initialement au Royaume-Uni, et attendre que la prévalence de l’infection dans la population génère un pourcentage assez élevé d’individus immunisé pour constituer une immunité de groupe empêchant le virus de circuler faute de trouver assez de cibles immunologiquement naïves. Le taux de reproduction de base (R0) de Covid-19 étant de 2,5, le pourcentage de population infectée nécessaire pour obtenir cette immunité de groupe et ramener le R0 au-dessous du seuil épidémique (R0<1) se calcule à partir de l’équation : % population infectée nécessaire = 1-1/R0, soit 60 %. Sous réserve bien sûr que la maladie génère dans tous les cas une solide immunité protectrice, ce qui n’est pas encore formellement démontré pour ce virus très performant pour neutraliser les réponses immunitaires cellulaires indispensables à son éradication totale chez les patients infectés.

La suite sur le site de l’Institut Pasteur.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.