Enseignants, parents, lycéens très inquiets pour la “rentrée scolaire” à partir du 11 mai

Enseignants, parents, lycéens très inquiets pour la “rentrée scolaire” à partir du 11 mai

Les organisations syndicales d’enseignants, les parents d’élèves, les lycéens demandent des garanties et font des propositions pour une rentrée scolaire sans danger.

Ajouté le 29 mai : le communiqué de la FCPE du Morbihan :

Voici un courrier adressé au ministre de l’Éducation nationale.

Monsieur le Ministre,

Personnels, parents d’élèves, élèves tiennent à vous faire part de la grande inquiétude suscitée par les annonces du président de la République sur la réouverture progressive des écoles et établissements scolaires à partir du 11 mai.

Tout le monde souhaiterait pouvoir reprendre l’école et sortir d’une situation où l’ensemble des élèves subissent les conséquences de la crise et où les inégalités scolaires se creusent. Mais les conditions seront-elles réunies à compter du 11 mai ? En prolongeant au-delà de cette date la fermeture des cafés, restaurants, lieux de culture, etc., le Président de la République a lui-même anticipé le maintien d’une situation de risque sanitaire nécessitant la poursuite de la plus grande vigilance.

Nous n’avons pas la prétention de connaître l’ensemble des procédures à appliquer. En, revanche, nous demandons à ce que les préconisations sanitaires pour la protection optimale de toutes et tous soient strictement respectées. Ce sont des conditions sine qua non à la reprise. En tout état de cause, les éléments suivants nous semblent incontournables:

– la mise en place d’une politique massive de tests qui devra correspondre aux préconisations du conseil scientifique et de l’OMS;

– la désinfection des écoles, services et établissements scolaires qui ont été fréquentés pendant la période de confinement avec des dotations en matériel spécifique (équipements, masques…) et une protection adaptée;

– la fourniture des matériels de protection (gel hydroalcoolique, gants et masques chirurgicaux ou FFP2) en quantité suffisante pour les agent-e-s et les élèves adaptés à la situation de travail de chacun;

– les personnels dont la santé ou la pathologie le nécessite doivent bénéficier des mesures d’éloignement du travail et avoir un suivi médical tel que prévu par le décret 82-453 modifié;

– les élèves dont la santé ou la pathologie le nécessite, et celles et ceux dont les parents souffrent de grandes pathologies, doivent pouvoir être exemptés du retour en présentiel;

– des garanties concernant la limitation des effectifs par groupes dès le retour des élèves (retour qui ne peut être simultané de celui des adultes), pour permettre la distanciation sociale exigée par ailleurs, et ce pour l’ensemble des niveaux et tous les lieux fréquentés par les élèves et personnels (cantine scolaire, internats, couloirs etc.).

Depuis le 14 avril 2020, vous consultez les organisations représentatives des personnels, des parents d’élèves et le CNVL. Nous avons formulé nos propositions, nos attentes pour que la reprise quand et là où elle aura lieu se passe du mieux possible en termes de sécurité pour toutes et tous. Nous vous demandons de présenter vos propositions à l’issue de ce cycle d’audiences afin que nous puissions vous faire part de nos réactions, cela pourrait avoir lieu en multilatérale et dans le cadre des instances de dialogue social ministériel: CTMEN, CHSCTMEN et CSE avant toute reprise éventuelle et avant la communication au grand public. Nous vous demandons de vous assurer que ces mesures seront présentées dans les instances de dialogue social local (niveaux académiques et départementaux).

Enfin, des établissements scolaires ont été réquisitionnés ces dernières semaines pour permettre d’héberger des personnes sans domicile ou en grande précarité de logement et leur permettre de s’isoler, d’être soignés, de se reposer pour guérir. Partout où les préfectures et agences régionales de santé estiment que la réquisition demeure nécessaire au-delà du 11 mai 2020, les établissements doivent demeurer fermés pour que la politique nationale de santé face au Covid19 ne soit pas fragilisée. Si ces conditions n’étaient pas remplies, les risques encourus par les élèves, les personnels et la population devront conduire à différer l’ouverture des écoles et des établissements scolaires prévue à partir du 11 mai.

Nous vous prions de croire, Monsieur le Ministre, en l’expression de nos salutations respectueuses.

Propositions et remarques des syndicats de la FSU sur le déconfinement progressif à partir du 11 mai 2020

Quelle que soit la date officiellement annoncée, la sécurité sanitaire est un préalable à toute rentrée des personnels et des élèves. Si toutes les conditions ne sont pas réunies, le déconfinement ne pourra se faire, sous quelle que forme que ce soit. La date du 11 mai doit donc être dès maintenant « désacralisée », tant auprès des professionnels de l’Éducation Nationale que des familles. En effet, elle génère beaucoup de peur et d’angoisse dans les professions et chez les familles.

Pour la FSU, il y a en effet une contradiction de plus dans la communication du gouvernement : le 12 mars le Président de la République expliquait que les enfants et les jeunes étaient des véhicules performants du virus, et le 13 avril, alors même qu’il donne un temps long au confinement, il décide que les crèches, écoles, établissements scolaires rouvriront au public le 11 mai, sans grande précision certes, mais sans non plus qu’une telle perspective n’ait été évoquée avec les organisations syndicales représentant les personnels concernés.

Or, s’il est un premier bilan de la période récente, c’est qu’il est nécessaire pour aborder le déconfinement de rétablir une confiance sérieusement écornée par des communications parfois à rebours de la réalité. La première chose est d’assumer une totale transparence sur le risque sanitaire qui sera celui des prochaines semaines, y compris l’incertitude qui peut exister. Les éléments qui définiront le risque sanitaire comme les questions non résolues font partie des éléments d’appréciation qui doivent guider l’effectivité de telle ou telle décision….

La suite ici.

De son côté, la fcpe et plusieurs organisations de lycéens ont publié le communiqué dans lequel ils formulent un certain nombre d’exigences.

Pour la reprise du 11 mai, nos exigences pour rassurer les parents et les élèvesSans tests en nombre suffisant, sans masques chirurgicaux en nombre suffisant (permettant par exemple d’être distribués aux enfants, ne serait-ce qu’à partir du collège), la seule façon de limiter la contagion est d’appliquer les gestes barrière. Pour ce faire, il faut:

– Pouvoir respecter les gestes d’hygiène de base, à savoir se laver les mains plusieurs fois par jour (impératif de rénovation de tous les sanitaires avec savon et serviettes papier ou renouvelées plusieurs fois/jour; gel hydroalcoolique à disposition, en fonction des classes d’âge, toute la journée accès ouvert aux toilettes pour permettre aux enfants de se nettoyer quand ils le pensent nécessaire; désinfecter régulièrement les locaux et les matériels; récréations et interclasses décalés pour que tous puissent y accéder; privilégier les activités extérieures et les temps de relaxation).

– Pouvoir respecter les distanciations corporelles (classes allégées pour que les enfants soient suffisamment éloignés les uns des autres en classe, avec des groupes de 10 jeunes maximum; étalement des jours de classe (a minimasur 5 jours); respect des distanciations dans les transports scolaires régulièrement désinfectés; multiplication des services de cantine pour un accueil de petits effectifs et campagne d’éducation sur le rôle d’une alimentation équilibrée dans la préservation de sa santé; en cas de suppression des cantines, prévoir des paniers repas équilibrés pour les familles demandeuses; alternance des entrées et sorties d’école et de classe; cheminements dans les espaces communs devant limiter le rapprochement des enfants alternance des récréations; enseignants et tous les personnels dotés de masques; tests systématiques des personnels et enfants avec et sans symptômes pour effectuer un suivi sanitaire de ceux ayant été en contact de personnes malades pour éviter une contamination accélérée…

Le communiqué est à lire intégralement ici.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.