Gaël Giraud: «La reconstruction écologique nous ouvre un monde de la surabondance»

Gaël Giraud: «La reconstruction écologique nous ouvre un monde de la surabondance»

Pour Mediapart, l’économiste Gaël Giraud décrit, exemples à l’appui, le monde sans pétrole de demain : fret maritime écologique, densification des centres urbains, réhabilitation du ferroviaire… À la condition d’avoir un État stratège, qui revienne dans le capital de certaines entreprises.

Renverser la perspective en termes d’emplois : voilà à quoi nous invite l’économiste Gaël Giraud pour penser le monde de demain. La reconstruction écologique qu’il appelle de ses vœux n’est pas incompatible avec l’urgence sociale dans laquelle nous a plongés la crise du coronavirus. Tout au contraire : elle sera créatrice d’emplois, à la différence du monde d’hier, fondé sur un chômage structurel et du sous-emploi.

Pour y parvenir, d’importantes mesures sont nécessaires. Entrée du capital de l’État dans les entreprises, désendettement du secteur privé, effacement des dettes publiques… Le défi est grand mais pas impossible pour ce prêtre jésuite, directeur de recherches au CNRS et également président de l’Institut Rousseau.

Le coronavirus a provoqué une crise économique et sociale sans précédent en France comme en Europe… Est-ce que les plans de relance sans conditions annoncés notamment pour lautomobile et laérien sont la bonne réponse ?

Gaël Giraud : Évidemment non. On est en train de reproduire la même erreur qu’en 2008, c’est-à-dire qu’on utilise l’État comme compagnie d’assurance en dernier ressort : on laisse une partie du secteur privé faire les mêmes bêtises sans régulation, et quand cela nous conduit dans le mur, on demande à l’État de socialiser les pertes.

Pour lire la suite, c’est ici


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.