Une pandémie de la pauvreté

Une pandémie de la pauvreté

Si le COVID-19 est d’ores et déjà responsable d’au moins 874 442 morts dans le monde, il existe à ce jour très peu d’études permettant de savoir quels sont les groupes d’individus les plus affectés par l’épidémie. Un ensemble de travaux aux États-Unis tend à montrer que les « minorités ethniques » sont plus touchées que le reste de la population en termes de mortalité. Néanmoins, si ces résultats suggèrent l’existence d’inégalités socio-économiques importantes face à l’épidémie, il n’existe à notre connaissance aucune étude permettant d’établir formellement un lien entre pauvreté et mortalité liée au COVID de manière systématique. Plus encore, les raisons sous-jacentes à ces inégalités sont encore inconnues.

Une étude systématique du lien entre pauvreté et surmortalité liée au COVID- 19

Nous cherchons à combler cette lacune dans le travail de recherche que nous présentons ici, où nous évaluons le lien entre pauvreté et mortalité liée au COVID-19 en France, l’un des pays les plus sévèrement touchés par l’épidémie. Pour ce faire, nous nous appuyons sur les données exhaustives de l’INSEE, permettant d’étudier l’évolution de la mortalité et le niveau de revenu dans chaque commune de France métropolitaine. Étant donné le manque de fiabilité des données publiques sur les décès attribués au COVID, nous nous concentrons sur la surmortalité survenue en avril 2020 dans chaque commune par rapport aux mois d’avril 2018 et 2019. L’étude du lien entre pauvreté et mortalité liée à l’épidémie est ainsi rendue possible par la comparaison systématique de la surmortalité entre communes «  riches  » et les communes «  pauvres  ». 

La suite sur le site legrandcontinent.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.