Le laborieux chemin du rassemblement de la gauche et des écologistes en Morbihan

Le laborieux chemin du rassemblement de la gauche et des écologistes en Morbihan

Depuis début octobre 2020, Causes communes 56 est mobilisé pour parvenir à une campagne rassemblée des forces de gauche et écologiques en vue des élections départementales. Celles-ci sont l’objet d’un report, lié à la situation sanitaire et peut-être d’une basse stratégie du pouvoir qui redoute un scrutin très défavorable un an avant la présidentielle.

Nous tenons à vous informer de l’avancée de ce travail, car le rassemblement des forces de gauche, profondément ancré dans une visée antilibérale, est l’identité de notre association. Et nous y tenons.

Nous avons été sollicités, début octobre 2020, pour coordonner et animer un travail de construction d’un programme départemental commun. C’était lors d’une réunion à l’invitation de la fédération du Parti communiste du Morbihan, que nous avons accepté cette mission, dégagés de toute velléité de candidature à quelques élections que ce soit. Autour de la table : La France insoumise, le PCF, l’UDB, EELV, Génération.s, le PS, Morbihan en transition, les collectifs Lanester nouvelle citoyenneté, Lorient en commun. Un attelage plutôt bien doté pour affronter la droite omniprésente dans le département.

Certes, il a fallu convaincre, dire et redire que Causes communes 56 était une association libre, qu’elle n’était le faux nez de personne et que notre seule volonté était celle de rassembler tous ceux qui n’en peuvent plus de ce pouvoir aux mains des oligarques et ploutocrates de tous poils.

Un programme en construction

Sur le papier, c’était un rassemblement inédit. Et porteur d’espoir pour de nombreux militants. L’élaboration d’un programme départemental ouvrant le Morbihan à plus de justice sociale, à une préservation efficace du milieu fragile que nous habitons, à un retour de bonnes pratiques démocratiques, a du sens et peut emporter l’adhésion de nombreuses Morbihannaises et Morbihannais.

Plusieurs formations comme La France insoumise, le PCF, Génération.s, l’UDB et Lanester nouvelle citoyenneté ont commencé à nourrir ce programme de leurs propositions qu’il serait, plus tard, utile de trier et de mettre en cohérence.

Nous avons tenu quatre réunions. Deux en physique et deux en vidéo. Dès la deuxième rencontre, Morbihan en transition a lâché l’affaire, sans réelle explication. Puis de premières divergences sont apparues. Notamment sur l’existence même du conseil départemental. L’UDB et EELV revendiquent son effacement au profit d’une Région forte et des pays. Une Région que ces deux organisations verraient bien à cinq départements. Des propositions qui n’ont pas l’heur de convenir aux autres formations.

Des stratégies qui bousculent le rassemblement

Cette expérience de rassemblement se déroule en même temps que des négociations entre formations en vue des régionales, convoquées à la même date. Des négociations qui font la part belle à des alliances de circonstances pour cette élection de liste. Et interfèrent sur notre travail départemental.

C’est ainsi qu’au fil des troisième et quatrième rencontres, deux formations, EELV et l’UDB, ont choisi de lever le pied et ont décidé de préparer ces élections par canton. Un choix qui nous paraît discutable, tant les conseillers élus le sont pour administrer tout le département avant de représenter leur territoire. C’est le sens de l’organisation républicaine.

Précisons aussi que le calendrier décidé ensemble lors de la première rencontre, de terminer le travail de rédaction du projet de programme départemental pour la fin de l’année 2020, ne se conformait pas aux agendas d’EELV et du PS, qui ne pouvaient livrer leur première contribution avant février. Si les élections avaient été maintenues en mars, aurions-nous pu être prêts ?

L’UDB, EELV et le PS ont refusé, mi-décembre, de rendre publique cette démarche de rassemblement. Il ne s’agissait pas de dire que le programme était construit, mais juste que les citoyens sachent la volonté des forces de gauches et écologistes de s’unir face à cette droite réactionnaire.

Nous en sommes là en ce début d’année 2021 : la synergie de début octobre n’est plus. Le PCF, Génération.s et La France insoumise maintiennent leur volonté d’union pour ce scrutin. Avec un début de programme. Nous ne doutons pas que ces formations sauront avancer sur leur chemin commun.

Rien de politique ne doit être caché aux citoyens

Nous avons écrit à toutes les formations notre disponibilité : « Nous pensons que seuls la gauche et les écologistes rassemblés peuvent réduire l’omniprésence de la droite conservatrice ou de son avatar, le macronisme. Tout autre scénario est voué au zéro pointé. (…) Nous insistons, pour nous, rien de politique ne doit être caché aux citoyens. C’est une condition du retour de la confiance aujourd’hui perdue et nous y tenons.

Nous pouvons dépasser ce moment de divergences. L’enjeu politique est probablement plus grand que le contenu des épistoles numériques de la dernière semaine. Nous sommes toujours à votre écoute. Mais le temps est venu pour vous de réaffirmer –ou non- votre volonté de vous présenter ensemble au suffrage des Morbihannaises et des Morbihannais. Si vous êtes prêts à travailler sur cet enjeu majeur avec nous, faîtes-le nous savoir… Dès les premiers jours de janvier. »

Voilà où nous en sommes, début janvier 2021. Dans une impasse. Mais comme dans toute impasse, il y a une sortie. La trouver suppose que chaque parti le veuille, soit modeste, ne soit pas ébloui par quelques lumières trompeuses en forme de succès électoraux, et veuille faire avant de vouloir être.

Nous savions l’entreprise délicate et difficile. Nous avons vu, en fait vérifié, que les logiques d’appareil partisan animent encore plusieurs formations qui, dans les faits, ne combattent pas le capitalisme et ses ravages avec constance. Cette expérience est toutefois enrichissante. Les discussions entre formations, à l’écart des citoyens, est définitivement obsolète et à révoquer. La propension à imposer ses règles et sa visée aux autres n’est plus acceptable pour construire la société humaine de demain. A Causes communes 56, nous en tirerons les enseignements prochainement pour envisager l’avenir de notre action.


1 commentaire sur “Le laborieux chemin du rassemblement de la gauche et des écologistes en Morbihan”

  • 1
    DIEPPOIS JLOUIS le 16 janvier 2021 Répondre

    tout faire pour parvenir à un accord avec tous ceux qui veulent vraiment travailler ensemble.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.